Grapefruit-Ono

Le recueil Grapefruit publié en 1964 qui deviendra une des œuvres les plus importantes de l’art conceptuel

En écho à leur émission Contemp’Art sur Radio-Calade 100.9 diffusée les jeudis à 17 h 30 et les dimanches à 13 heures, Bena et Rego décryptent et parlent d’Art contemporain chaque mois sur Cineartscene. Elles nous font découvrir ce mois l’exposition événement de Yoko Ono au MAC de Lyon, prolongée jusqu’au 17 juillet.

Une fois de plus, nous sommes retournées au Musée d’Art Contemporain de Lyon : Le MAC pour cette fois, découvrir l’exposition dédiée au travail de Yoko Ono.

Yoko Ono est née le 18 février 1933 à Tokyo au Japon. C’est une artiste expérimentale, plasticienne, poète, performeur, musicienne, chanteuse, compositrice, écrivain, comédienne et cinéaste japonaise.

Le travail de Yoko Ono débute en 1955 tout d’abord sous une forme classique : Elle peint, écrit de la poésie et de la musique. Mais, rien ne lui parait correct. Elle cherche quelque chose d’autre qu’elle appelle un « acte supplémentaire ».

Le recueil Grapefruit regroupe ses « Instructions »

Elle flirte avec la folie et essaie de ne pas lâcher prise. Elle se plonge dans le monde de son enfance et se lance dans l’écriture de Koans zen ou instructions poétiques et entre ainsi dans l’art conceptuel. Ces instructions seront éditées dans le recueil Grapefruit en 1964 qui deviendra une des œuvres les plus importantes de l’art conceptuel et est très régulièrement réimprimé.

Elle en dira : « Vivre, il n’y a pas de mal à le faire. On nous enseigne à ne pas trop apprendre, à ne pas réfléchir, à ne pas imaginer, à ne pas toucher…

A quoi consistent ces instructions : Yoko Ono nous propose d’être l’acteur, le créateur de notre propre œuvre en suivant ses instructions. Soit c’est le public qui créé l’œuvre dans une démarche interactive, soit ce sont les curateurs. Chaque instruction est donc déclinée dans sa réalisation de manière différente  selon les lieux par les commissaires d’expositions qui s’en saisisse. L’œuvre aura donc toujours la même orientation philosophique mais elle sera à chaque fois unique dans son esthétisme et sa composition   parce que créée par des équipes de musées ou galeries différentes.  Elle est donc sans cesse en évolution.

Elle dirige notre créativité, l’oriente pour nous obliger à être dans le vivant. Pratiquement toutes ses instructions  et poèmes commencent  par un impératif : Sens, écoute, vois, touche, pense, trouve, donne, reste, souviens-toi, imagine. Elle nous oblige à Vivre, à ne pas subir notre vie.

Une belle voie à suivre !

Cet article fait écho à notre émission Contemp’art de juillet à écouter sur Radio-calade 100 .9 le jeudi à 17 h 30, le dimanche à 13 h ou en replay sur émission Contemp’art.

Au plaisir de vous retrouver en septembre .

Bena et Rego

[huge_it_slider id= »9″]