Le saxophoniste lyonnais Lionel Martin continue à faire la Une de l’actualité musicale. Après le lancement de son label Ouch ! Records exclusivement destiné à (re)presser du bon vieux vinyle, voilà qu’il sort coup sur coup deux albums de classe internationale, dans des registres assez radicalement différents : Awo avec uKanDanZ, et Jazz before Jazz, avec le pianiste Mario Stantchev, ce 4 mars dans les bacs.

Awo – uKanDanZ

pochette AwoFormation encore trop négligée en France, mais qui a déjà explosée dans de nombreux pays, dont le Japon, uKanDanZ – Lionel Martin (saxophone), Guilhem Mercier (batterie), Benoit Lecomte (basse), Damien Cluzel (guitare) et le chanteur éthiopien  Asnake Guebreyes – produit une des musiques les plus puissantes du moment. Tellement originale qu’ils ont même inventé un nom pour la définir : l’Ethiopian Crunch Music.

4 ans après Yetchalal, (ressorti en double 33 t chez Ouch ! Records en janvier), Awo, leur 2e LP, affirme encore plus le penchant noise rock du groupe, avec le remplacement du clavier par la basse.

Définitivement déconseillé aux amateurs d’eau tiède, les six titres incandescents de l’album sont du genre à réveiller à cimetière entier. Dès l’introduction du 1er morceau, Sèwoch Men Yelalu on comprend qu’on à faire à du lourd, du brulant, du concentré d’énergie. Mais attention, rien à voir avec certaines musiques vulgairement brutales. Non ici le travail est fait en finesse par des virtuoses, des créateurs. Et que dire d’Asnake Guebreyes… Sa voix, alliance de douceur hypnotique et de puissance vous embarque loin, très loin, sans vous relâcher une seule seconde jusqu’au bout du disque.

Awo : Dur et Doux et Bigoût Records (vinyle), Buda musique / Ethiosonic (Cd) et Atypeek Music (Digital).

Jazz before Jazz – Lionel Martin/Mario Stantchev

LMG chocAvec Jazz before Jazz, c’est une facette très différente de son talent que Lionel Martin met en valeur, en compagnie du pianiste bulgare Mario Stantchev. Ensemble ils proposent une relecture inspirée des œuvres du compositeur américain trop méconnu, Louis Moreau Gottschalk.

Né à la Nouvelle Orléans en 1829, mort au Brésil en 1869, ce prodigieux pianiste formé à Paris dans la plus pure tradition romantique, est le premier compositeur à avoir intégré à la technique musicale européenne les rythmes, harmonies et  mélodies de toute la partie sud des États-Unis : son des esclaves, musique créole et caribéenne, ibérique et latino-américaine.  En cela, il est fort tentant de voir en lui le « chaînon manquant » reliant la musique savante occidentale à ce qui deviendra le jazz quelques décennies après sa mort.

Curieusement, avant Lionel Martin et Mario Stantchev, Louis Moreau Gottschalk était cantonné dans le registre classique. Les deux musiciens, aux parcours riches et multiples, démontrent avec maestria que ses compositions, ainsi dépoussiérées, ont tout séduire un large public.

Produit  par Cristal Records, distribué par Harmonia Mundi pour la version CD, par Ouch ! Records pour le vinyle, Jazz before Jazz a reçu le label « Choc Classica Magazine »

Emmanuelle Blanchet