rodolphe gdChaque mois, Rodolphe Donati, directeur des cinémas de Villefranche,  Eden, Rex et 400 Coups, nous conseille un film à découvrir pour ses qualités objectives, mais aussi à partir de ses goûts subjectifs. Pour décembre, il choisit L’Hermine, dixième long-métrage de Christian Vincent, Meilleur scénario et Prix du meilleur interprète masculin pour Fabrice Luchini au festival de Venise 2015.

 

« L’Hermine se déroule le temps d’un procès pour infanticide. Luchini incarne un président de cours d’assise précédé par une solide réputation de dureté. Il n’est pas un homme aimable et ne cherche pas à l’être. Son truc à lui, sa passion, c’est son travail, qu’il cherche à faire le mieux et le plus honnêtement possible. il est imperméable aux on-dit et a conscience de la difficulté de sa tâche.

Très documenté sur la procédure, le film permet de comprendre cette difficulté. Il nous fait entrer dans la peau des jurés. On vit avec eux leurs interrogations, leurs doutes et leurs incertitudes. On assiste à leurs discussions entre eux mais aussi avec les professionnels.

Ce qui rend L’Hermine passionnant, c’est qu’il n’est pas pour autant un film de « procès » classique. Il ne va pas au plus facile, n’est pas une charge contre l’institution. Tout est dans la subtilité. La romance avec une des jurés  – interprétée par la Sidse Babett Knudsen de Borgen – qui s’avère avoir vécu une histoire d’amour avec le président de la cours, a surtout pour but de dévoiler, par petite touche sensible, la vraie personnalité de celui-ci.

La mise en scène est fonctionnelle, au service de l’histoire, des comédiens et des dialogues : Christian Vincent est dans la tradition des réalisateurs français dont la vocation est la mise en valeur des personnages et des situations. La direction d’acteur est impressionnante de justesse. Et le casting est judicieux – les jurés sont plus vrais que nature, tout a fait représentatifs de la société. Quant à Sidse Babett Knudsen, avec sa beauté lumineuse et humaine, elle forme un couple très crédible avec Fabrice Luchini. Sombre et tourmenté, le comédien a rarement été aussi bon.

Film grand public mais de qualité, L’Hermine est un film qui donne à réfléchir et qui renvoie une belle image de notre société et de notre démocratie. »

 

A voir aux 400 Coups jusqu’au 29 décembre – Horaires