Le fondateur du label Homworkz, Pierro, était de passage à l’Underground Store, LA boutique du disque vinyle caladoise, pour présenter une formidable compilation, Hip-hop Archaeologists. Pierro, mieux connu sous son nom, Pierre Rochefort, se définit comme auteur-interprète. Il est aussi DJ et directeur artistique du label…  Bon, il est aussi comédien, comme ses parents Nicole Garcia et Jean Rochefort, mais là n’est pas le propos !

Créé en 2006, Homworkz est un tout petit label… par la taille : seulement 7 albums, dont 5 compilations, plus 1 single. Dans chacun, une bonne dose de petits bijoux aux textes ciselés ou des découvertes musicales, dont on se demande comment on a pu passer si longtemps à côté… Peut-être, avouons-le, à cause des mots clés revendiqués par le label : boom bap, old school rap, conscious hip-hop… pas forcément ceux qu’on tape le plus sur Google si on n’est pas fan/fin connaisseur !   

Derrière chaque production, Pierro, qui imprime sa personnalité, impose en douceur son univers, par ses textes, le choix des artistes dont il s’entoure, et des titres compilés. Et bien sûr avec son album (presque) solo, Trente Trois Tours. Compilation de titres originaux d’une percutante poésie, l’album a été enregistré avec quelques amis triés sur le volet, notamment  L’Azraël, Enz et l´Hippocampe Fou…  Rencontre avec un « mensch », un vrai.

Comment êtes-vous tombé dans le hip-hop ?

Pierro : Par rébellion ! Quand j’étais ado, je cherchais à me démarquer de mes parents… Aller aux antipodes de ce qu’ils étaient. Et puis je suis né en 1981. En France, le hip-hop en était à ses débuts. Quand tu es petit, tu es tenté d’aller vers ce qui ce est nouveau. Il y a les textes aussi… Hyper important les textes pour moi. En plus c’était des textes écrits par des jeunes coiffés avec des dread ! C’était un véritable élan de liberté qui cassait les codes.

Pierro Rochefort & Nick_UDGS_fev19
Avec Nick UDGS, DJ et disquaire

En 2006, vous avez fondé le label Homworkz, après avoir créé avec le rappeur et producteur Indi-K le duo Désolé pour le bruit. Qu’est-ce qui vous a incité à vous lancer ?

Pierro : A l’époque, dans le hip-hop les portes commençaient à se fermer… Surtout il y avait le désir de tout maitriser de A à Z pour notre album Chut Ca Commence​.​.​., de ne pas avoir à attendre.  Et l’envie de pouvoir ensuite produire des musiciens amis. Pour moi créer un label, c’était la possibilité d’un compagnonnage avec des artistes, un côté famille. Mais c’est très compliqué. Il faut s’entourer des bonnes personnes, souvent tout faire tout seul… Aujourd’hui je serais heureux d’intégrer une autre équipe, de découvrir d’autres façons de fonctionner…

Après cet album, il y a eu Trente Trois Tours. Vous aviez produit un disque plus rock…

Pierro :  Audrey & The Cookies… Il n’est jamais vraiment sorti. C’était un concept album avec 1 bassiste, 2 guitaristes, 1 batteur… L’histoire de 5 musiciens qui avaient tous eu à souffrir d’une Audrey ! On avait poussé loin le truc avec sur la pochette un faux graph qui représentait l’Audrey « universelle » ! Mais j’ai du mal à trouver la bonne recette pour mixer chansons d’amour et côté rugueux de la musique que j’aime…

L’album concept justement c’est un peu votre marque de fabrique… Trente Trois Tours, échappe un peu à la règle. Pas Hip-hop Archaeologists. Qu’est-ce qui vous plait dans cette manière de composer un album.

Pierro : C’est mon côté rêveur, enfant, qui a toujours des histoires à raconter, très littéraire. Et puis ça permet d’aller d’un point A à un point Z !

Comment est né Hip-hop Archaeologists et qui sont Black & White?

Pierro : c’est partie d’une envie de créer quelque chose avec un ami, Alpha du Gros Tas de Zik. L’idée était de compiler ce que j’aime,  du groove, du jazz, du hip-hop des années 1990. Et de mettre en lumière des titres underground qui n’avaient pas trouvé leur place au soleil. De faire  déterrer – digger – ces titres oubliés par deux inspecteurs… Au départ je pensais piocher dans le cinéma, et puis j’ai repensé à Signé Furax, le feuilleton radiophonique de Pierre Dac et Francis Blanche dont je suis totalement fan !  Black & White sont les inspecteurs de la série qui luttent contre le génie du mal. Ça collaient complètement avec ce que je voulais pour l’intro et les interludes du disque.

Est-ce qu’il y aura une suite ?

Pierro : Oui, on bosse déjà avec Alpha à un volume 2… un peu moins bootleg !

Interview et photos Emmanuelle Blanchet

Hip-hop Archaeologists est à retrouver sur bandcamp

Taxi Driver sur l’album Trente Trois Tours